{Santé } Les «Gratis-grata» : une infection cutanée présente à Libreville

0
278

Communément appelé «gratis-grata», la gale commune est une maladie très rependu, faisant d’énormes ravages à Libreville et ses environs. Cette maladie de la peau est mal connu de la majorité des gabonais. D’ailleurs, beaucoup accusent (à tort) «l’eau de la SEEG» d’être la cause de cette pathologie. En réalité, il s’agit d’une maladie très contagieuse qui se transmet par contact humain direct. La gale peut aussi se transmettre via les vêtements ou la literie. Elle touche toutes les tranches d’âge, toutes les populations et tous les milieux socio-économiques. Elle se manifeste par des démangeaisons et des lésions cutanées de grattage. Cette maladie mérite d’être considérée comme un véritable problème de santé publique au Gabon. Elle est due à un parasite qui pénètre la couche superficielle de la peau.


Qu’est-ce que la gale?


La gale humaine (gale sarcoptique) est une maladie de la peau. Elle est, le plus souvent, liée à l’insalubrité. Cette maladie est transmise par la femelle d’un acarien microscopique. Cet acarien est un parasite de petite taille, invisible à l’oeil nu, appelé Sarcoptes scabiei hominis.


Cette affection très fréquente et cosmopolite appelée «gratis-grata» au Gabon est très contagieuse. Elle se transmet généralement par des contacts humains directs, intimes et prolongés. Genre de contacts très récurrents au sein d’un couple ou d’une famille. Un simple contact avec la peau d’une personne atteinte suffit pour transmettre le parasite.
Le risque de transmission est élevé lorsque le contact entre des personnes est long, plus . La gale est aussi considérée comme une infection sexuellement transmissible car elle peut être transmise au cours d’un rapport sexuel.


La contamination se fait plus rarement par l’intermédiaire de vêtements ou de linges contaminés. Le parasite ne survit que trois jours loin de la peau et est tué par un lavage à 60°C. Ce mode de transmission concerne plus particulièrement les gales profuses. En revanche, le sarcopte résiste au savon ou aux bains grâce aux sillons qu’il creuse dans la peau.


La gale peut toucher tous les âges, toutes les ethnies et toutes les catégories sociales. Elle peut survenir également sous forme d’épidémie. Mais elle touche généralement les individus vivants dans des milieux sociaux défavorisés. Surtout les enfants, dès lors qu’il existe des conditions d’hygiènes précaires et surtout une forte promiscuité.


Les causes de la gale.


La présence des symptômes de la gale est liée à la présence du parasite sous la peau. Seule la femelle est pathogène et donc responsable des lésions. Elle pénètre sous la couche cornée de l’épiderme après avoir été fécondée. Elle y creuse des galeries où elle pond ses oeufs. Ces galeries sont parfois visibles à la surface de la peau. De même que l’endroit où loge l’acarien (vésicule perlée : boutons). La présence de ces lésions spécifiques permet le diagnostic de la maladie.


Il existe également une gale animale liée à d’autres Sarcoptes scabiei dont il existe plusieurs types : gale du chien, gale du mouton,… Bien que la gale de l’animal soit due à un Sarcopte scabiei différent de celui de la gale humaine, le chien peut cependant contaminer l’homme ; mais dans ce cas, la personne atteinte ne peut pas transmettre le parasite à un autre humain : on parle d’impasse parasitaire.
Les signes de la gale.


L’incubation est variable : de quelques jours à plusieurs semaines. La gale se manifeste par des démangeaisons et l’apparition de boutons. Les démangeaisons sont d’intensité variable mais présentent des caractères spécifiques tels le fait que:


• L’entourage du patient (collectivité, famille) se gratte aussi,
• Les démangeaisons sont accentuées le soir et se localisent à certains endroits caractéristiques : entre les doigts, poignets, face antérieure de l’avant-bras, plis du coude, aisselles, aréoles des seins, nombril, ceinture, triangle des fesses, verge et face interne des fesses.


• Le dos et le visage sont épargnés (sauf chez le nourrisson où des localisations aux paumes des mains et des pieds sont fréquemment retrouvées).
• La présence de ces symptômes doit motiver le patient à consulter un médecin. Lors de la consultation, le médecin doit rechercher des signes spécifiques de la gale qui peuvent manquer en cas d’hygiène rigoureuse ou de contamination récente. Dans certains cas, la recherche du parasite peut être nécessaire (prélèvement du contenu d’un sillon permettant de visualiser le sarcopte femelle et parfois ses oeufs au microscope).


• Traitement de la gale.
• Le traitement de la gale doit s’appliquer à un individu atteint et son entourage, même en l’absence de symptômes. Au-delà des personnes, c’est tout l’environnement qui doit être désinfecté (literie, vêtements, linge de toilette…). Pour les objets non lavables, il convient de désinsectiser par poudre ou aérosol. En 24 heures, le parasite peut être éradiqué car il ne survit pas hors contact humain au-delà de cette durée.


• Le traitement de la gale avec des produits pharmaceutiques doit se faire exclusivement sur prescription médicale. L’automédication est fortement déconseiller, car elle peut être dangereuse.
• Ce traitement est généralement cutané, sous forme de lotion ou sous forme d’aérosol (à pulvériser sur tout le corps, en évitant le cuir chevelu et le visage). Mais en cas de surinfection bactérienne des lésions de grattage, des antibiotiques par voie orale et une désinfection locale sont indispensables.


• Toutefois, ces traitements sont très couteux. Heureusement, il existe des traitements naturels, faits maison, efficaces contre la gale.
• les huiles essentielles.
• La gale ne résiste pas aux huiles essentielles. En effets, plusieurs huiles essentielles sont très efficaces pour le traitement de la gale :


• Pour vous débarrasser de cette maladie contagieuse, mélangez 10 gouttes d’huile essentielle de lavande fine, 10 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée, 20 gouttes d’huile essentielle de clou de girofle, 20 gouttes d’huile essentielle de tea tree (arbre à thé), 150 gouttes soit 7,5 ml de macérât huileux de calendula. Appliquez 1 à 3 gouttes du mélange sur chaque zone atteinte par la gale. L’opération peut être menée matin et soir jusqu’à la disparition complète des symptômes de la gale.

Attention, ce mélange ne doit pas être appliqué sur les parties anale et génitale. L’huile essentielle de clou de girofle est déconseillée aux enfants de moins de 6 ans, aux femmes enceintes ainsi qu’aux femmes allaitantes.
• Traitement à base d’ail.
• L’ail renferme également de nombreuses vertus contre la gale. Pelez et écrasez une dizaine de gousses d’ail que vous verserez dans un litre d’eau bouillante. Filtrez le jus d’ail et laissez reposer durant une dizaine de minutes.


A l’aide d’un coton propre que vous aurez imbibé de cette décoction, enduisez directement sur la peau de la personne concernée. Ensuite laissez la peau sécher à l’air libre sans rien rajouter, ni l’essuyer.


Pour un meilleur résultat, suivez ce traitement pendant deux semaines. Il est conseiller de faire une nouvelle décoction à chaque opération, car celle-ci doit être appliquée chaude ou tiède. Vous pouvez enduire la peau du concerné par des huiles essentielles d’ail avant qu’il s’endorme.
• Éviter la transmission de la gale.
• Comme pour toutes les maladies contagieuses, certaines mesures doivent être prises afin d’éviter la transmission de la gale à l’entourage. Il est conseillé de prévenir le personnel des endroits que vous fréquentez. Les enfants atteints de gale doivent être éloigné des autres enfants pendant un délai d’au moins trois jours.


• Aussi, il est nécessaire de suivre rigoureusement le traitement pour éviter les risques de récidive. Pendant le traitement il est recommandé de ne pas avoir de contacts corporels avec d’autres personnes ni avec les objets communs, de changer régulièrement les vêtements et la literie. Il est également recommandé d’éviter les relations sexuelles.


• Côté maison, nettoyez toutes les pièces de votre logement. Jetez les résidus à la poubelle en dehors de votre habitation. Laver les vêtements et la literie à l’eau chaude à 60°C et faites-les sécher à haute température. Le lendemain du traitement, ne porter que des vêtements propres ou décontaminés. Changer tous les draps, utiliser des serviettes propres pour la toilette. Les vêtements ne pouvant être lavés à 60° seront décontaminés en les enfermant dans des sachets plastiques (type poubelle) bien fermés et vidés de leur air, les vêtements resteront en “quarantaine” pour 3 à 8 jours. Il faut décontaminer les vêtements à chaque traitement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici