Par le billet de la Taskforce sur le règlement de la dette, Colas va compenser sa surfacturation en bitumant 9,5 km de route.

0
164

Le groupe français avait été épinglé pour surfacturation sur l’axe PK5 – PK12. Un scoop qui avait fait l’effet d’une bombe et contraint ce géant du BTP a dépêché un émissaire à Libreville, pour trouver un accord avec les autorités gabonaises.

A cet effet, c’est Benoit Chauvin, le numéro 2 de l’unité Business Development et ancien directeur Afrique du groupe français Colas a posé ses valises au Gabon, le 20 décembre dernier, afin de trouver une solution avec les autorités de Libreville.

Il faut dire, cette structure est déjà écorné par une enquête de la Banque Mondiale sur ses activités à Madagascar, Colas a préféré jouer la carte de l’apaisement.

C’est ainsi que Benoit Chauvin va discuter avec le responsable de la Taskforce sur le règlement de la dette extérieure, Pierre Duro sur la facturation de la route PK5 – PK12.

L’émissaire de Colas va proposer de revoir son offre et offrir de bitumer à ses propres frais 9,5 km de route supplémentaires.

Et cela, en guise de compensation, pour l’énorme préjudice causé au contribuable gabonais par le groupe français de BTP Colas.

Ainsi, la Taskforce sur le règlement de la dette a un impact positif et que toutes les entreprises qui ont essayé de tricher l’Etat. Elles devront soit rembourser, faire l’objet de poursuite ou finaliser la prestation pour laquelle elles ont été sollicitées, dans le but de remplir leurs engagements respectifs.

Alexandre Moussavou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici