La Cour constitutionnelle valide définitivement les nouvelles mesures gouvernementales de lutte contre la propagation du Covid-19.

0
162

Suite à l’obtention de l’annulation de deux arrêtés gouvernementaux, le Copil citoyen avait formé un nouveau recours contre le décret gouvernemental n°02/PR/MS du 7 janvier portant modification et suppression de certaines mesures de prévention, de lutte et de riposte contre la propagation de la Covid-19.

La Cour constitutionnelle a donné raison au gouvernement rejetant l’ensemble des griefs contenus dans trois requêtes déposées par ce collectif d’opposants, ce vendredi 28 janvier 2022. 

En ne validant aucune des prétentions des requérants, le Cour a, par sa décision n°53/GCC du 28 janvier 2022, mis fin au bras de fer opposant le gouvernement gabanais aux collectifs d’opposants, cornaqué par l’ex-premier ministre Raymond Ndong Sima.

C’est une décision très détaillée longue de 19 pages dans laquelle la Cour constitutionnelle reprend l’ensemble des griefs des requérants et en justifie le rejet. Même les changements observés entre les annonces faites lors du Conseil des ministres du 3 janvier et le contenu final du décret. « Que la non prise en compte intégrale dans le décret querellé des mesures arrêtées en conseil des ministres soit blâmable, le moyen invoqué n’est pour autant pas pertinent », indique la Cour.

« Triomphe total » pour le Premier Ministre Rose Christiane Ossouka Raponda sans appel, la décision de la Cour constitutionnelle met un terme définitif au bras de fer entamé depuis le mois de décembre entre le gouvernement et le Copil citoyen, un regroupement d’opposants s’abritant derrière la société civile pour tenter d’entraver l’action des pouvoirs publics.

Succès total pour, Rose Christiane Ossouka Raponda et son gouvernement : c’est « un triomphe total » comme l’indique un ministre. Le Premier Ministre, a en effet fait preuve d’une rare abnégation dans ce dossier.

Les nouvelles mesures anti-Covid entrent ainsi en vigueur comme l’allègement du couvre-feu, la réouverture sous condition des établissements de nuit ou encore la fin de la gratuité des tests de dépistage.

Au travers ces différentes mesures, le gouvernement entend inciter les Gabonais à se faire vacciner.

Le vaccin est en effet le seul moyen véritablement efficace pour éviter les formes graves de la Covid-19 et ralentir la circulation du virus au sein de la population.

Rappelons a toute fin utile, a ce jour, 15 % des Gabonais se sont déjà fait vacciner, soit l’un des taux les plus élevés en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici