[Gabon] le leadership au sein de l’UN : la Cour constitutionnelle vient de rejeter le recours instruit par le camp de Paulette Missambo.

0
27

Dans la lutte pour le contrôle de l’Union Nationale, la Cour constitutionnelle vient de rejeter le recours qui a été instruit par le camp de Paulette Missambo suite à la décision de Paul-Marie Gondjout, de créer un courant au sein de l’Union nationale (UN), dénommé l’Union Nationale Initiale.

En effet, le bras de fer que se livrent Paulette Missambo et Paul-Marie Gondjout pour le leadership au sein de l’UN, ce dernier vient de remporter une manche importante.

A la faveur d’une décision, la Cour constitutionnelle indique que ni les statuts, ni le règlement intérieur de l’Union nationale n’ont prévu des modalités de règlement en cas de scission.

Par conséquence, celle-ci a rejeté le recours introduit par le secrétaire exécutif de l’Union nationale, Minault Maxime Zima Ebeyard, un proche de Paulette Missambo.

« Seul le ministre chargé de l’Intérieur est compétent, en cas de difficulté, pour statuer sur les scissions advenues au sein des partis politiques comme c’est le cas en l’espèce », tranche la Cour dans son arrêt.

Paul-Marie Gondjout, très populaire auprès des militants, en juillet dernier, avait annoncé la création d’une tendance au sein de ce parti de l’opposition, baptisée Union nationale initiale (UNI).

La direction du parti, présidé par Paulette Missambo, avait alors décidé d’exclure Paul-Marie Gondjout et tous les membres de sa tendance. De mauvais augure à un an de l’élection présidentielle ;
Ils doivent aujourd’hui revoir leurs plans.

Si le ministère de l’Intérieur, vers lequel Missambo et ses proches doivent maintenant se tourner, reprend l’argumentaire de la Cour constitutionnelle dans sa décision, l’UN, déjà très affaiblie, fera face à la pire crise de son histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici